TRANSPORTS PUBLICS : CONTRÔLEURS HORS-LA-LOI

Tranports Publics

Les seules entités à qui nous avons l’obligation, dans certaines conditions uniquement, de montrer nos papiers d’identité sont la police et les services postaux, ces derniers relèvent de la juridiction militaire. Ce qui avait choqué dans l’affaire Benalla, c’est précisément que cette violence contre X ait été perpétrée par un individu ne relevant pas de l’autorité publique…

Pour que les contrôleurs des transports en commun respectent (enfin) la loi !

Par Rebbelyon.info

Les contrôleurs TCL ont moins de pouvoir qu’ils ne le prétendent. En uniforme ou en civil, ils n’ont le droit de retenir sur place un usager que si un officier de police judiciaire leur en donne l’ordre… ce qui n’est presque jamais le cas. Exposé de vos droits, et des moyens de vous défendre contre une rétention arbitraire.

Un contrôleur TCL qui empêche les usagers de sortir d’une rame en obstruant la porte… Des contrôleurs qui bloquent un contrevenant dans un coin pour le contraindre à remettre ses papiers d’identité… Un contrôleur qui rattrape une personne par le bras alors qu’elle tente de partir…

Pour beaucoup, nous avons été victime ou témoin de ce genre de scène sur le réseau TCL, surtout depuis l’entrée en jeu des redoutables contrôleurs-mystères en civil. Pourtant, dans 99,9% des cas, ces procédures sont parfaitement illégales ! En cas de retenue abusive, non seulement l’amende imposée à l’usager devrait tomber pour vice de procédure, mais en plus, les contrôleurs se livrant à cette pratique devraient être poursuivis disciplinairement et pénalement. Cela peut paraître surprenant, mais c’est pourtant ce que prévoit la loi. En voici la démonstration, qui sera profitable à ceux n’étant pas parvenus à échapper à un contrôle.

Pas de rétention possible sauf ordre d’un officier de police judiciaire

Contrairement à ce que croient beaucoup d’usagers des transports en commun, les contrôleurs n’ont pas autant de pouvoirs qu’ils le prétendent. Techniquement, ils agissent en tant qu’ «agents assermentés de l’exploitant du service de transport», selon les termes de l’article L. 2241-1, 4° du Code des transports. Leurs pouvoirs sont prévus à l’article 524-9 du Code de procédure pénale, qui contient la disposition suivante :

«Si le contrevenant refuse ou se trouve dans l’impossibilité de justifier de son identité, l’agent mentionné au 4° ou au 5° du I de l’article L. 2241-1 du code des transports en rend compte immédiatement à tout officier de police judiciaire de la police nationale ou de la gendarmerie nationale territorialement compétent, qui peut alors lui ordonner sans délai de lui présenter sur-le-champ le contrevenant. A défaut de cet ordre, l’agent mentionné au 4° ou au 5° du I de l’article L. 2241-1 du code des transports ne peut retenir le contrevenant».

D’après ce texte, un contrôleur n’a pas le droit de retenir dans la rame ou sur le quai une personne sans titre de transport valable, à moins d’avoir téléphoné préalablement à un officier de police judiciaire, lequel lui aura ordonné de retenir la personne.
Pourquoi une telle obligation de téléphoner à un officier ? Tout simplement parce que la rétention d’une personne est un acte particulièrement grave, qui ne peut être réservé qu’à des agents publics hautement qualifiés. Il s’agit d’un principe sacro-saint du Droit français : les pouvoirs de contrainte ne peuvent être confiés à n’importe qui. À la différence des contrôleurs, les officiers de police judiciaire ont passé un concours public de haut niveau, ont suivi une formation de haute volée, et ont été sensibilisés à la nécessité de respecter les libertés publiques (en tout cas, en théorie…). C’est pourquoi les contrôleurs, agents inférieurs qui ne présentent pas les mêmes garanties, ont l’obligation d’obtenir l’autorisation d’un agent de police judiciaire pour procéder à une rétention.

Amende non-valable, sanction du contrôleur

Or, en pratique, un nombre croissant d’usagers constatent que cet article 524-9 du Code de procédure pénale n’est absolument pas respecté. Se comportant en véritables cowboys, les contrôleurs TCL ont pris l’habitude de retenir les usagers sans demander l’autorisation d’un officier de police judiciaire, soit en se mettant devant les portes pour éviter que la personne s’en aille, soit en la bloquant dans un recoin, soit en la retenant physiquement lorsqu’elle cherche à partir. Des comportements purement illégaux, susceptibles d’emporter trois conséquences :

1°) L’annulation de l’amende pour vice de procédure ;

2°) La sanction disciplinaire des contrôleurs n’agissant pas selon les normes propres à leur métier ;

3°) Dans certains cas, la sanction pénale pour l’infraction de séquestration prévue à l’article 224-1 du Code pénal : «Le fait, sans ordre des autorités constituées et hors les cas prévus par la loi, d’arrêter, d’enlever, de détenir ou de séquestrer une personne» est puni en l’occurrence de 5 ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende. En effet, dès lors que le contrôleur vous détient contre votre gré sans avoir reçu d’autorisation de la part d’une autorité compétente, il se livre à une séquestration. C’est le droit.

Comment agir concrètement ?

Toutefois, il y a le droit, et il y a la pratique. Pourquoi les contrôleurs agissent-ils si ouvertement au mépris de la loi ? Parce que dans les faits, il est très difficile pour les usagers de démontrer qu’ils ont été victime d’une rétention arbitraire. En effet, les contrôleurs pourront témoigner que la personne a présenté ses papiers et/ou payé l’amende de son plein gré, ou encore qu’ils ont téléphoné à l’officier de police judiciaire avant de procéder à la rétention, alors qu’en réalité, ils lui auront téléphoné après coup. Les contrôleurs étant assermentés, leurs témoignages font foi, et sauf à apporter une preuve irréfutable de la rétention abusive, l’usager n’aura d’autre choix que de s’incliner… D’autant qu’il est particulièrement difficile d’obtenir l’annulation d’une procédure auprès de l’exploitant du réseau qui embauche lesdits contrôleurs et encaisse les amendes…

Cet état des choses est scandaleux, puisqu’il revient à pérenniser une pratique massive par laquelle les contrôleurs agissent au mépris des lois de la République française, sans jamais pouvoir être inquiétés. Il convient de s’indigner contre cette situation qui fait la part belle à la justice privée, et surtout, d’agir pour y mettre fin. Trois moyens pour nous défendre, nous, usagers, doivent être employés :

1°) Alerter les autorités publiques (le Défenseur des Droits, les Procureurs de la République, les Préfets, le Ministre de l’Intérieur, le Garde des Sceaux). La saisine du défenseur des droits sera particulièrement judicieuse, puisque celui-ci est compétent pour enquêter sur les abus de pouvoir des agents des transports en commun. À cette fin, pour que soit constitué un dossier volumineux répertoriant les différents abus subis par les usagers, je vous invite à signaler toutes vos expériences de rétention abusive à cette adresse : abusdespolicesprivees@gmail.com

2°) Sensibiliser les usagers. Outre la lecture et le partage de cette note, il conviendrait de signaler à vos connaissances l’existence de cet article 524-9 du Code de procédure pénale qui interdit aux contrôleurs de retenir une personne s’il n’a pas l’autorisation d’un officier de police judiciaire. Cela permettrait d’induire chez les usagers un rapport nouveau avec les contrôleurs, en leur donnant les moyens de résister à des pressions illégales.

3°) Réagir correctement en situation de rétention abusive. Si un contrôleur cherche à vous retenir contre votre gré, il convient de réagir de la bonne façon afin de le dissuader de violer la loi. Pour cela, il ne faut en aucun cas vous montrer violant, que ce soit physiquement ou verbalement, puisque cela reviendrait à commettre des infractions de rébellion ou d’outrage. Si un contrôleur cherche à vous empêcher de partir après que vous lui avez rappelé la loi, vous pouvez en premier lieu demander aux personnes autour de vous si elles sont prêtes à témoigner de la scène, en prenant leurs noms et leurs numéros de téléphone. Vous pouvez également filmer la scène avec votre téléphone portable, ce que les agents ne pourront pas vous interdire, et constituera une preuve irréfutable de votre rétention arbitraire. Enfin, si l’exploitant du réseau exige malgré tout de vous le paiement de l’amende, il convient par la suite d’adresser une plainte auprès du Procureur de la République. Tout cela est certes fastidieux, mais ce n’est qu’en mettant des grains de sable dans les rouages de ce système injuste que les usagers pourront faire respecter leurs droits et libertés.

Nous avons la possibilité d’agir contre un abus concret qui concerne des millions d’usagers, qui pullule dans les grandes villes, et qui risque de se multiplier à l’occasion de l’Euro de football où les dispositifs de contrôle seront renforcés. Il est donc temps d’agir, pour que les contrôleurs des transports en commun respectent enfin la loi, pour que la liberté des usagers ne soit pas sacrifiée sur l’autel d’intérêts privés !

Source : publié le 16 juin 2016 par  REBELLYON.info https://rebellyon.info/Pour-que-les-controleurs-des-transports-16599

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

Publicités